Pourquoi un Ă©pisode sur les soins pour les animaux avec le cannabis? Et je prĂ©cise qu’aucun animal n’a Ă©tĂ© blessĂ© pour rĂ©aliser le visuel de l’épisode. Donc, c’est une nouvelle de la semaine passĂ©e sur la hausse des visites d’enfants aux urgences causĂ©e par les mangeables et autres produits de cannabis qui m’a fait rĂ©flĂ©chir. Les bĂ©bĂ©s c’est important. Les jeunes enfants aussi. Les adolescents aussi. MĂȘme s’ils ont 21 ans moins un jour. 

Et pourquoi pas les animaux de compagnie? 

Parce que personne n’aime voir souffrir des ĂȘtres chers, qu’il s’agisse d’un animal humain ou non humain. Du point du propriĂ©taire ou du maitre, le mot est moins gros
, c’est une Ă©vidence. Mais il y a aussi le commerce. Alors aujourd’hui, je partage mes dĂ©couvertes et mon parcours sur l’utilisation du cannabis et leurs effets voulus ou pas pour les animaux de compagnie. 

On ne peut Ă©voquer le mieux-ĂȘtre potentiel sans s’intĂ©resser aux dangers d’une consommation non dĂ©sirĂ©e. 

Je nous donne une perspective
 En 2014, aux États-Unis, les dĂ©penses pour les animaux de compagnie frisaient le 60 milliards de dollars amĂ©ricains. Il s’agissait d’une augmentation de 5 % sur 2013. On saute en 2020. Le American Pet Products Association Ă©voquait un marchĂ© de 95, 5 milliards É.-U..

Au QuĂ©bec, c’est Fabien DĂ©glise qui, je crois, a Ă©tĂ© un des premiers journalistes Ă  s’intĂ©resser au sujet. VoilĂ  texto ce qu’il Ă©crivait en novembre 2018 dans Le Devoir


Bonne Ă©coute!

Transcription intĂ©grale de l’Ă©pisode #116

Toutes les Ă©tudes mentionnĂ©es dans l’Ă©pisode #116