Voici un extrait de la transcription de l ‘épisode #72 de toPot.

Ça y est, on décolle!

OK, maintenant, parce que l’on discute de science, on doit comprendre comment cette recherche a été conçue et pourquoi… Sinon, c’est du n’importe quoi. Et le marché noir mérite qu’on s’y intéresse sérieusement.

Les échantillons de cannabis provenant du marché légal et illégal ont été testés uniquement par les scientifiques du Conseil de la recherche et de la productivité (CRP) du Nouveau-Brunswick qui est une société d’État sans but lucratif avec toutes les accréditations ISO pertinentes. Le CRP détient aussi les licences d’analyse et de recherche sur le cannabis de Santé Canada.

On ne peut pas faire plus légal que ça.

L’équipe de Mme Betelho à tester 7 échantillons différents de fleurs et 6 échantillons différents de mangeables ou produits comestibles provenant du marché noir. 

Parallèlement, l’équipe a aussi testé 4 échantillons de fleurs et 5 échantillons de produits mangeables provenant du marché légal.

L’importance du protocole

Juste pour être très clair, voici une traduction la plus fidèle possible du protocole mis en place par CPR : 

Tous les échantillons ont été stockés et manipulés selon des protocoles de chaîne de possession gérés par un système de gestion de l’information des laboratoires (LIMS) et un système de gestion de la qualité (QMS).

Chaque produit floral soumis dans son propre emballage a été considéré comme un échantillon distinct et s’est vu attribuer une identification unique.

Évidemment, il y a un lien dans les notes de l’épisode pour le document original.

Cette méthodologie permet de voir s’il existe des différences entre plusieurs lots du même produit, qu’il soit légal ou illégal. Et quand c’était possible, les tests furent effectués à trois reprises. Cette étude est donc une des plus fiables au monde pour établir l’écart de dangerosité entre des produits de cannabis légaux et illégaux acheter au N. B. en fonction de la présence trop grande de contaminants chimiques et microbiens.

OUF!

OK, on sait tout pour se lancer dans la découverte des résultats… 

En gros, nous allons examiner:

  • L’exactitude du % de THC annoncée dans les fleurs et les mangeables
  • L’uniformité du contenu et la présence de matières étrangères
  • Les contaminants microbiens 
  • Les levures
  • Les moisissures 
  • Les contaminants microbiens
  • Les métaux lourds
  • Et nous allons conclure avec les pesticides…

Beau programme, non?

[sp_easyaccordion id=»3771″]