Frenchy par ci, Frenchy par là, Frenchy Cannoli est LA figure emblématique d’une consommation éveillée du cannabis sous la forme d’une autoproduction éclairée qui incite aux joies de la science et du plaisir. Depuis son départ, il n’a jamais été aussi présent au Québec et au Canada où le hash est beaucoup plus populaire qu’aux États-Unis. 

La compagne de Frenchy, Kimberly Cannoli, poursuit le travail. Elle a généreusement accepté de répondre à mes questions.

Kimberly, il y a très peu d’informations sur vous. Qui êtes-vous?

 Une hippie américaine passionnée par les voyages, les langues, l’art, l’histoire ancienne, l’apprentissage permanent et bien d’autres choses encore, née à la fin du babyboum américain (1946-1964), à une époque où certains endroits étaient encore peu visités par les voyageurs occidentaux. Comme beaucoup de jeunes de cette époque, lorsque j’ai terminé mes études secondaires, je me suis retrouvé confronté à des choix de vie dans une société qui n’avait pas grand-chose à offrir, alors j’ai quitté mon pays pour voir ce qui se passait dans le reste du monde. J’ai d’abord voyagé en Amérique centrale et du Sud (1978-1979), puis en Europe et enfin en Inde par voie terrestre via le Bangladesh en 1980. J’ai fini par vivre presque 20 ans en Asie. 

En ce qui concerne l’industrie du cannabis, je suis la veuve de Frenchy Cannoli, le célèbre fabricant de hachich qui cherchait à ne fumer que du hachich de la meilleure qualité, ce qui l’a amené à réaliser que pour satisfaire à cette norme, il devait apprendre à le fabriquer lui-même. 

Comment avez-vous rencontré Frenchy?

Frenchy était une âme sœur quand il s’agissait de voyager. Nous nous sommes rencontrés au Népal près d’un endroit appelé le lac Pokhara. Il organisait une fête de pleine lune pour l’anniversaire d’un ami en juin 1980. Ils m’ont invité à la fête, et par la suite, nous nous sommes croisés au hasard de nos voyages à travers l’Inde, 4 ou 5 fois! Finalement, ils m’ont invité à rejoindre leur petit groupe de Français nomades qui parcouraient l’Inde en visitant toutes les plages à la recherche de la vague parfaite pour le body surfing, en apprenant la culture locale, en visitant les temples hindous et bouddhistes, en vivant pleinement la vie comme le font les jeunes gens qui n’ont aucun sens de la mortalité, en savourant l’inconnu, l’explosion mentale des différences avec notre éducation occidentale qu’était la vie en Asie, l’expérience de profiter de ce que le destin met devant vous jour après jour. 

Ça ressemble à quoi la vie avec un homme spécialisé dans la fabrication d’un produit illégal? 

Frenchy était très artistique et poursuivait tous ses centres d’intérêt avec la volonté de faire le meilleur dans ce qu’il faisait. Il était également très altruiste et axé sur la communauté. Comme beaucoup de jeunes de cette époque, il savait intuitivement que la société que nos ancêtres immédiats nous demandaient de rejoindre n’était pas fonctionnelle et vraiment injuste à bien des égards. Et dans notre cas, le problème majeur était la vision totalement irréaliste qui avait été adoptée et légalement codifiée de manière très négative en ce qui concerne la consommation/possession de cannabis. Nous étions peut-être ignorants, comme le disait Frenchy, mais nous savions très clairement que ce que nos parents et le gouvernement avaient à dire sur la consommation de cannabis était au pire un mensonge et de la désinformation, de la propagande consommée par une génération d’après-guerre qui fonctionnait encore à partir d’une position de peur et de pénurie. 

Pour beaucoup de gens, le cannabis est une voie vers le «bienêtre général», comme le disait Frenchy. Et un retour à un état de joie et de liberté enfantines dont les adultes auront toujours intérêt à se souvenir. Nous devons beaucoup aux militants américains du cannabis qui se sont battus pour obtenir le droit de consommer la plante à des fins thérapeutiques et récréatives. En particulier, les militants de la communauté gay de San Francisco, qui étaient déjà confrontés à un ostracisme social injuste et à une maladie mortelle, ont néanmoins ouvert la voie à la consommation thérapeutique de la plante, ce qui a constitué la première étape de la légalisation mondiale qui fait boule de neige et dont nous profitons aujourd’hui. 

La nouvelle mission de Frenchy est d’apprendre au plus grand nombre à fabriquer leur propre hachich. À cette fin, il a créé une série de vidéos de fabrication de hachich qui ont été traduites en 6 langues…

Frenchy a perfectionné son art en étudiant avec des personnes des pays producteurs dans les années 1980-1990, puis a commencé à partager «l’art perdu du hachich», comme il disait, pendant les années californiennes (2000-2021). La guerre contre la drogue menée par les États-Unis était si efficace en Amérique du Nord que de nombreux jeunes n’avaient aucune idée de ce qu’était la résine de cannabis. Lorsqu’ils rencontraient Frenchy pour la première fois lors d’une coupe de cannabis ou d’un autre évènement communautaire et qu’ils lui demandaient ce qu’il faisait, il répondait : «Je fabrique du hachich. Laissez-moi vous montrer». Petit à petit, cela a défini ce que Frenchy a appelé le troisième chapitre de sa vie, l’enseignement. 

Une fois que ces jeunes gens avaient consommé le hachich de Frenchy, ils voulaient savoir où ils pouvaient s’en procurer. Frenchy a toujours été clair sur ce point : pour consommer le meilleur hachich, il faut trouver les meilleurs cultivateurs de cannabis et travailler avec eux pour produire son propre hachich et approvisionner sa communauté locale. 

La nouvelle mission de Frenchy est d’apprendre au plus grand nombre à fabriquer leur propre hachich. À cette fin, il a créé une série de vidéos de fabrication de hachich qui ont été traduites en 6 langues grâce à notre incroyable groupe de traduction bénévole dirigé par les merveilleuses personnes derrière @overgrow. shop — anglais, portugais, espagnol, français, italien et allemand. Vous pouvez trouver toutes les vidéos ici

Il a également pris une apprentie, Belle (@cherryblossom_belle sur Instagram), qui est venue vivre avec nous et travailler avec Frenchy à partir de début 2015. Frenchy aimait dire qu’il lui avait transmis tout son savoir afin qu’elle puisse poursuivre la tradition de transmission à la génération suivante pour que l’héritage perdure. Belle et moi continuons à donner des ateliers ensemble. Vous pouvez consulter notre programme.

Vous êtes le PDG de la marque Frenchy Cannoli. Comment organisez-vous votre temps et votre travail? 

Pendant la pandémie, Frenchy a écrit trois livres — un sur l’histoire des concentrés de cannabis, un autre sur la fabrication du hachich et un autre sur les edibles. Mon objectif dans un avenir proche est de terminer l’édition de ces livres et de les publier. J’ai aussi avec moi Loki, le Bouvier de Flandre de 80 livres, éternel chiot, qui me rappelle chaque jour de lancer la balle et de rechercher la joie par-dessus tout. 

Vous avez lancé l’initiative de recherche sur les trichomes. Comment cela se passe-t-il? 

Nous sommes en attente. Nous avons besoin de fonds pour poursuivre nos travaux sur ce qui se passe lorsque le hachich vieillit. Vous pouvez consulter les résultats de notre première étude ici.

Existe-t-il un véritable terroir du hachich en Californie? 

Oui, dans une certaine mesure. C’est un travail en cours, car de nombreux agriculteurs commencent à pratiquer une agriculture plus holistique, en développant leur sol local grâce à des pratiques régénératrices qui évitent l’utilisation de terre en sac apportée de l’extérieur. 


Frenchy a toujours été clair sur ce point : pour consommer le meilleur hachich, il faut trouver les meilleurs cultivateurs de cannabis et travailler avec eux pour produire son propre hachich et approvisionner sa communauté locale.

Pouvez-vous nous faire part de vos objectifs? Vos rêves? Votre plan? 😉 

Voir la réponse ci-dessus sur la fin des livres! Nous avons arrêté les activités commerciales à la fin de 2018 lorsqu’il est devenu évident que l’industrie se dirigeait vers une trajectoire de collision de la médiocrité. Lorsqu’il s’agissait de produire un produit de qualité, notre passion a été redirigée pour aider les gens à produire le leur. À cette fin, je continue d’animer le groupe Frenchy’s Lost Art of the Hashishin sur Facebook. Il s’agit d’une sorte de bibliothèque sur tout ce qui concerne le hachich et d’un espace d’orientation des ressources. L’adhésion est ouverte à tous. Vous pouvez nous trouver ici.

Quel est votre point de vue sur l’avenir du hachich?

L’homme utilise des concentrés de cannabis depuis que notre arrière-grand-mère préhistorique en a découvert sur le bout de ses doigts alors qu’elle cassait les bourgeons pour récolter les graines pour leurs propriétés nutritionnelles. Elle aurait rapidement calculé les bienfaits de la résine après avoir léché pour la première fois la substance collante sur ses doigts. En tant que sage de la communauté, elle aurait partagé ses connaissances, inaugurant ainsi une longue tradition de transmission d’informations sur les plantes qui peuvent être consommées sans danger et sur les bienfaits spécifiques qu’elles offrent. Le hachich est là pour rester. 

Pourrait-il devenir un jour plus populaire que les fleurs (joint)? 

Il est déjà plus populaire que la fleur! En Amérique du Nord, nous vivons dans une bulle qui, pour une raison ou une autre, a trouvé que fumer la fleur était plus adaptée à nos besoins que le reste du monde qui apprécie la résine concentrée de la plante de cannabis. 

Propos traduit par LP