Le calendrier nous offre un autre de ces «hasards» qui permettent de télescoper nos perceptions. Qui est donc ce consommateur moderne de cannabis? Bon Stock vous préparait un article sur une étude de marché réalisée par Numerator. Cette étude offre des informations approfondies sur les comportements et les profils des consommateurs de cannabis contemporains. On y reviendra.  

Le lundi 27 mai 2024 @ 13 h 29, sur le radar de Bon Stock apparait un document intitulé : La consommation quotidienne de cannabis chez les adultes. C’est notre Institut national de santĂ© publique du QuĂ©bec (INSPQ) qui s’intĂ©resse aux personnes qui consomment quotidiennement du cannabis. On adore. Les autrices sont Isidora Janezic et Marie-Eve Levasseur.

Le consommateur moderne de cannabis vu par l’INSPQ et ensuite par  Numerator,  c’est parti!

INSPQ logo blanc@3x

Les chercheuses Janezic et Levasseur affirment que ce type d’utilisateur est mal compris au QuĂ©bec et ailleurs. D’oĂč l’intĂ©rĂȘt d’en savoir plus
 afin de mettre en place des mesures de prĂ©vention et de promotion de la santĂ© adaptĂ©es. Le document est en fait une revue de la littĂ©rature de seulement trois articles (voir le fascinant diagramme de flux de type prisma dans le PDF original) portant exclusivement sur les personnes consommant du cannabis 7 jours par semaine. 

Les conclusions du document de l’INSPQ

  • Les personnes qui consomment du cannabis tous les jours le font Ă  des frĂ©quences qui varient d’une fois Ă  plusieurs fois par jour. 
  • Il existe une Ă©norme variĂ©tĂ© de motivations de consommation surtout Ă  cause de la diversitĂ© des personnes consommatrices.  
  • Les effets de la consommation quotidienne de cannabis sont perçus de façon mixte : bĂ©nĂ©fices sur la santĂ© et le bienĂȘtre versus des effets nĂ©gatifs.

Évidemment, Bon Stock vous incite à lire la recherche de l’INSPQ.

OK. 

Revenons maintenant Ă  l’étude de Numerator.

Logo Numerator

Numerator est une entreprise spĂ©cialisĂ©e dans les donnĂ©es et la technologie. La prĂ©tention de l’entreprise est de rĂ©volutionner les Ă©tudes de marchĂ© en fournissant des donnĂ©es directes provenant des consommateurs. Plus de 2 400 collaborateurs, etc. De prime abord, son but semble ĂȘtre diamĂ©tralement opposĂ© Ă  celui du document produit par l’INSPQ. C’est un peu normal dans une dĂ©mocratie oĂč le libre marchĂ© doit aussi rendre des comptes.

Le rapport de recherche de Numerator est intitulé Budding Behaviors : Insights Into the Modern Cannabis Consumer. 

Contexte de la recherche

L’étude scrute les habitudes de prĂšs de 6 000 consommateurs de THC et de CBD, actuels et passĂ©s, basĂ©es sur leurs propres dĂ©clarations. Il ne s’agit pas d’une tentative pour Ă©valuer la taille du marchĂ© du THC ou du CBD. Il s’agit plutĂŽt d’identifier et de comprendre les consommateurs tout en mesurant l’impact de leur consommation sur leur comportement. Les consommateurs sondĂ©s avaient plus de 21 ans et vivaient dans un État oĂč le cannabis est lĂ©gal. 

Voici certains des constats de l’étude qui confirme que l’ñge et le niveau de revenu jouent un rĂŽle significatif dans la formation des habitudes de consommation de cannabis des utilisateurs de THC et de CBD (lire Le cannabis aux Pays de la Loire) :

1. Utilisateurs de THC 

    • Âge
      • Les utilisateurs de THC sont principalement des gĂ©nĂ©rations Gen Z et Millennial.
    • Revenu
      • Ils se situent gĂ©nĂ©ralement dans la tranche de revenu faible Ă  moyen (moins de 60 000 $).
    • Habitudes de consommation de cannabis
      • FrĂ©quence d’utilisation
        • Les utilisateurs de THC ont tendance Ă  consommer du cannabis quotidiennement ou hebdomadairement.
      • DĂ©penses mensuelles
        • Ils dĂ©pensent gĂ©nĂ©ralement entre 26 et 100 $ pour des produits Ă  base de cannabis.
      • Raisons de la consommation
        • Le soulagement du stress est une motivation courante pour l’utilisation du THC.
  1. Utilisateurs de CBD

    • Âge
      • Les utilisateurs de CBD sont souvent issus de la gĂ©nĂ©ration des Babyboumeurs et plus.
    • Revenu
      • Ils appartiennent gĂ©nĂ©ralement Ă  la tranche de revenu moyen Ă  Ă©levĂ© (plus de 80 000 $).
    • Habitudes de consommation de cannabis
      • FrĂ©quence d’utilisation
        • Les utilisateurs de CBD consomment du cannabis moins d’une fois par semaine.
    • DĂ©penses mensuelles
      • Leur dĂ©pense pour des produits Ă  base de cannabis est gĂ©nĂ©ralement infĂ©rieure Ă  25 $.
    • Raisons de la consommation
      • La gestion de la douleur, en particulier pour les douleurs musculaires et articulaires ou l’arthrite, est un moteur clĂ© de l’utilisation du CBD.

L’ñge et le niveau de revenu sont donc des facteurs clĂ©s pour identifier les habitudes de consommation de cannabis des utilisateurs de THC et de CBD. Des tendances distinctes Ă©mergent en termes de frĂ©quence d’utilisation, de comportement d’achat et de raisons de la consommation de cannabis.

Préoccupations de santé 

L’étude de Numerator explore aussi les prĂ©occupations de santĂ© courantes qui incitent les individus Ă  utiliser le THC et le CBD :

  1. Les motifs des Utilisateurs de THC

    • Le soulagement du stress
    • L’aide au sommeil
    • La gestion de la douleur
    • Utilisation rĂ©crĂ©ative
    • Utilisation mĂ©dicinale
    • MĂ©canisme de coping
    • Utilisation sociale
    • Stimulation de l’appĂ©tit
    • CrĂ©ativitĂ©
    • ExpĂ©riences sensorielles amĂ©liorĂ©es
  2. Les motifs des Utilisateurs de CBD

    • Le soulagement du stress
    • L’aide au sommeil
    • La gestion de la douleur
    • Utilisation mĂ©dicinale

On pourrait s’arrĂȘter lĂ  et conclure en comparant les trouvailles respectives des deux publications. Bon Stock est toujours heureux de relayer les travaux de l’INSPQ. Son rĂŽle est plus important que jamais et elle recherche d’ailleurs activement unE ConseillĂšre scientifique ou conseiller scientifique-Cannabis. Ça vaut la peine de jeter un coup d’Ɠil pour voir les qualifications exigĂ©es.

Mais le travail de Numerator va un peu plus loin.

Le privĂ© a plus d’argent pour ses recherches
 😉

Bon Stock partage ses trois coups de cƓur.

Les ex-consommateurs

Le cannabis est une industrie oĂč les nouvelles parts de marchĂ© Ă  gagner sont de plus en plus couteuses. Les marques de cannabis bien organisĂ©es peuvent tenter de fidĂ©liser les anciens consommateurs. On commence Ă  voir surgir dans l’espace lĂ©gal, des marques «hors la loi» il y a une quinzaine d’annĂ©es. C’est une maniĂšre simple et efficace pour rejoindre les ex-consommateur. Selon Munerator, 74 % des ex-consommateur envisageraient de recommencer. Cette information est aussi pertinente pour le prochain Steve Job du cannabis que pour l’INSPQ. 

Ex-consommateur de cannabis

Ex-consommateur de cannabis

 

Usage combiné de THC et CBD

À la question Utilisez-vous gĂ©nĂ©ralement le THC et le CBD ensemble ou sĂ©parĂ©ment?, plus de la moitiĂ© (60 %) de ceux qui consomment Ă  la fois THC et CBD disent les utiliser ensemble lors des mĂȘmes occasions. Cela indique un intĂ©rĂȘt marquĂ© pour une molĂ©cule «non rĂ©crĂ©ative». 

CBD + THC ensemble

 

Et l’alcool dans tout ça?

La statistique le plus prégnante? 

36 % des consommateurs de THC dĂ©clarent avoir consommĂ© un peu ou beaucoup plus d’alcool AVANT de commencer Ă  consommer du cannabis. Seulement 19 % des consommateurs de CBD disent la mĂȘme chose. 

Cannabis et alcool

Conclusion

Est-ce que l’INSPQ va proposer de faire la promotion du THC pour rĂ©duire les mĂ©faits de l’alcool qui coutent si cher en vie, en santĂ© et en budget? 

Cela ne serait pas raisonnable. 😉 Rappelons tout de mĂȘme au passage que l’alcool au Canada, c’est plus de 100 hospitalisations et 10 morts par jour.

Bon Stock se répÚte : il est dangereux de comparer la finalité des deux publications. 

Mais quiconque s’intĂ©resse au cannabis et aux humains trouvera matiĂšre Ă  rĂ©flexion dans les deux documents. 

Bonne lecture!