Comment la science peut-elle prouver que l’effet d’entourage existe réellement? On ne peut pas se fier aux humains comme sujet de tests. Pourquoi? Parce que la consommation de cannabis est soumise à la loi de l’effet. Chaque animal humain est une usine différente de celle du voisin ou même du frère ou de la sœur. On peut être haut répondeur à telle ou telle molécule et faible répondeur à telle ou telles autres molécules. À ces distinctions de nature héréditaires, il faut ajouter la substance qui est rarement la même dans le cas du cannabis. Troisième et dernier élément de la loi de l’effet, le contexte. Boire du champagne quand on est triste ne provoque pas les mêmes effets qu’après avoir gagné la Coupe Stanley… 

Si on connait l’existence formelle de l’effet d’entourage depuis 2011, il existe peu de preuves sur le rôle joué par des composés comme les flavonoïdes. Tester et mesurer l’effet d’entourage sur l’humain est une tache difficile, voire impossible pour l’instant, car il s’agira toujours d’une réponse subjective. 

Un petit milimètre… Source

Caenorhabditis elegans

Et c’est là que la science innove en utilisant une toute petite créature qui s’appelle Caenorhabditis elegans ou C. elegans. Il s’agit d’un ver non parasitaire transparent qui mesure à peine 1 mm. Le C. Elegans est connu depuis 1900, au minimum, mais il faut attendre 1949 pour que les chercheurs Dougherty et Nigon utilisent le C. elegans en physiologie animale et en génétique. Il est, entre autres, apprécié parce qu’il permet d’étudier le vieillissement. Dans la recherche intitulée C. elegans comme système de test pour étudier les composés pertinents qui contribuent aux effets spécifiques des différentes variétés de cannabis sur la santé publiée le 3 octobre 2022, les C elegans ont été exposés à des extraits riches et pauvres en cannabinoïdes. Après l’exposition aux différents types d’extraits, les chercheurs ont mesuré sur leurs sujets les paramètres suivants :  

  • Contrôle de l’appétit
  • Oscillation du corps
  • Capacité de se déplacer (motilité) 
  • Fonction du système nerveux

Une autre voie

Le C. elegans à des muscles et possède un système digestif, un système reproductif et un système nerveux. Malheureusement, il n’est pas doté de l’équivalent des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2. Il est par contre pourvu de récepteurs NPR-1. On sait depuis 2019 qu’il existerait une autre voie de signalisation endocannabinoïde qui agirait par le biais des canaux TRPV1 et TRPN. D’autres recherches récentes avancent que les effets d’entourage chez l’humain pourraient fonctionner sans utiliser les récepteurs CB1 et CB2. Ces découvertes récentes justifient d’utiliser le C. elegans comme un modèle objectif pour vérifier s’il existe des corrélations entre le génotype et le chimiotype du cannabis d’une part et leur effet médicinal et/ou comportemental, d’autre part.

Source

Il est reconnu par la communauté scientifique que le cannabis est bénéfique pour un large spectre de conditions médicales. Nous savons également que les patients expriment fréquemment des préférences précises pour certains cultivars, ce qui exclurait que seuls le THC et le CBD soient uniquement responsables du mieux-être ressenti par les patients. C’est là que la théorie de l’effet d’entourage trouve sa justification.

La surprise

Les résultats ont surpris l’équipe de recherche :

À notre grande surprise, un large ensemble d’effets biologiques liés au contrôle de l’appétit, à la motilité, à l’oscillation du corps et au fonctionnement du système nerveux a été observé en exposant C. elegans aux fractions polaires (FP) des différentes variétés sélectionnées.

Alors que peut-on déduire pour la suite des choses? 

L’effet d’entourage est le résultat de tous les composés bioactifs des cultivars de cannabis. Le ver C. elegans est un modèle d’essai qui pourrait aider à identifier tous ces composés dans chaque cultivar et leur effet individuel dans le système des effets d’entourage sur les multiples paramètres de la santé chez les humains. La sélection des cultivars, leur optimisation ainsi que le développement de produits pour des conditions médicales spécifiques peuvent bénéficier de l’utilisation de cette créature qui semble insignifiante, mais qui est peut-être le lien manquant entre la théorie et le mieux-être ressentis par des millions de gens.

Pas mal pour une si petite créature! 

Source image principale