QcGoldtech fait des vagues dans l’industrie du cannabis
 Ses produits se vendent bien mais Yvan Delorme, le propriĂ©taire, veut trouver des  nouveaux dĂ©bouchĂ©s pour ses produits. DĂšs l’automne 2022, QcGoldtech dĂ©sire vendre dans le ROC (Rest Of Canada) sa nouvelle marque Fleurs de l’ile en collaboration avec Velvet Management.  Le patron de Velvet, Vianney Aubrecht, estime que l’offre de QcGoldtech est complĂ©mentaire Ă  son portfolio canadien:

L’arrivĂ©e de QcGoldtech parmi les clients que nous reprĂ©sentons Ă  travers le Canada reprĂ©sente pour nous un atout stratĂ©gique important.

Cette nouvelle a fait l’objet d’un communiquĂ© et d’un article publiĂ© le 20 juillet 2022 dans le journal Le Droit sous la plume de Benoit Sabourin.

La déclaration du PDG de QcGoldtech, Yvan Delorme, est inhabituelle. On peut recenser au moins une quinzaine de producteurs autorisés qui exportent déjà dans une ou plusieurs autres provinces canadiennes.

Le communiqué revendicateur

Alors en quoi la sortie de M. Delorme sonne-t-elle la cloche de la fin de la rĂ©crĂ©ation de la relation paisible entre la SQDC et l’industrie quĂ©bĂ©coise du cannabis? VoilĂ  le paragraphe qui signale la fin de la lune de miel entre les deux partenaires historiques:

Notre seul client actuel, la SQDC, a dĂ©montrĂ© maintes fois qu’elle n’Ă©tait pas lĂ  pour favoriser l’industrie quĂ©bĂ©coise du cannabis et ses membres n’auront d’autre choix que de faire comme nous, et proposer aussi leurs produits sur les autres marchĂ©s canadiens, bien plus accueillants en terme commercial. Et nous serons lĂ  pour les seconder.

Alain Legault QcGoldtech format FI

Pour en savoir plus sur les intentions et le motivation du PDG de QcGoldtech, j’ai rejoint son DGA, M. Alain Legault qui a acceptĂ©
de répondre à mes questions.

Les précisions du DGA, M. Alain Legault

Pourquoi QcGoldtech s’associe Ă  Velvet pour conquĂ©rir le marchĂ© canadien? Quelle est la nature de votre partenariat avec Velvet?

Tant de leur cĂŽtĂ© que du nĂŽtre, le « fit Â» Ă©tait bon.

PremiÚrement, Velvet est une entreprise québécoise. Ce qui était important pour nous.

De plus, nous avions besoin d’un dĂ©partement de vente auprĂšs des diffĂ©rentes agences provinciales et les nombreuses boutiques privĂ©es que l’on retrouve dans les autres provinces du Canada. En crĂ©er un de toute piĂšce aurait demandĂ© temps et argent, et en ces temps de pĂ©nurie de main-d’Ɠuvre, le dĂ©fi aurait Ă©tĂ© Ă©norme.

Velvet, grĂące Ă  son expĂ©rience avec sa maison mĂšre Dandurand, possĂ©dait dĂ©jĂ  cette expertise et un bon rĂ©seau de reprĂ©sentants dĂ©jĂ  basĂ© dans les provinces. 

De plus, notre offre de produits reprĂ©sentait un bon complĂ©ment vis-Ă -vis l’ensemble des produits qu’ils reprĂ©sentaient dĂ©jĂ .


M. Delorme affirme que 
 la SQDC, a dĂ©montrĂ© maintes fois qu’elle n’était pas lĂ  pour favoriser l’industrie quĂ©bĂ©coise du cannabis
 Que voulait dire M. Delorme prĂ©cisĂ©ment? Le monopole n’est pas un obstacle dans d’autres provinces
 Vous pouvez partager des exemples?

À maintes reprises, le prĂ©sident actuel de la SQDC, mais aussi ses prĂ©dĂ©cesseurs, ont spĂ©cifiĂ© que leur mandat n’était pas de favoriser l’émergence d’une industrie du cannabis quĂ©bĂ©coise et encore moins de la soutenir activement.

Beaucoup de provinces favorisent ouvertement leurs producteurs locaux en rĂ©duisant, par exemple, la marge de profit qu’ils prennent sur les produits de leur province ou encore en limitant le nombre de magasins disponibles pour des produits hors province.

Au QuĂ©bec, la SQDC a mis en place l’appellation CultivĂ© QuĂ©bec. Pour y avoir accĂšs, un producteur doit faire 65% de sa rĂ©colte au QuĂ©bec. C’est peu! 

Rien sur le fait d’avoir son siĂšge social au QuĂ©bec, d’ĂȘtre financĂ© par des intĂ©rĂȘts quĂ©bĂ©cois, de ne pas ĂȘtre une filiale d’une autre compagnie hors QuĂ©bec, de transformer ses produits au QuĂ©bec, et plus


Bref nous sommes bien loin de la reconnaissance que la SAQ fait aux artisans québécois! Un monopole tout comme la SQDC
 et trÚs proche de ce dernier!

https://www.saq.com/fr/espace-quebec VS https://www.sqdc.ca/fr-CA/connaitre-le-cannabis/cultive-Quebec

(Pour illustrer ses propos, M. Legault propose deux liens)


L’herbe est plus verte dans le ROC (Rest Of Canada)?

Plus loin dans le communiquĂ©, Ă©voquant l’industrie quĂ©bĂ©coise du cannabis, M. Delorme affirme que 
 ses membres n’auront d’autre choix que de faire comme nous, et  proposer aussi leurs produits sur les autres marchĂ©s canadiens, bien plus accueillants en terme commercial
 Alors comment QcGoldtech a-t-elle Ă©tĂ© accueillie dans le ROC? L’herbe est donc plus verte chez nos voisins canadiens?

Pour l’instant, nous en sommes au dĂ©veloppement de nos ententes avec les autres provinces. Velvet et notre Ă©quipe n’y travaillent que depuis juillet faut-il le souligner. Mais dĂ©jĂ  des rĂ©sultats Ă©mergent et nous devrions ĂȘtre en mesure d’annoncer nos premiers produits en vente sur les tablettes hors QuĂ©bec d’ici le dĂ©but septembre.

Fleurs de l'ile de QcGoldtech
Fleurs de l’ile de QcGoldtech

Depuis sa crĂ©ation, les ventes de QcGoldtech progressent dans plusieurs catĂ©gories de produits. Est-ce que vous pouvez nous faire un portrait Ă  jour de l’entreprise? 

  • EntrĂ©e Ă  la SQDC en fĂ©vrier 2021 avec 4 produits. 
  • Plus de 20 produits sur le WEB et en succursale Ă  la fin de 2021.
  • Avec le nouveau planigramme de la SQDC, QcGoldtech aura 18 produits en succursale et 17 sur le WEB.
  • 2 usines dans la Petite Nation et emploi. 
  • PrĂšs de 130 employĂ©s dont une trentaine d’employĂ©s saisonniers (QuĂ©bĂ©cois et travailleurs Ă©trangers) pour la plantation, la culture et la rĂ©colte de nos plants Ă  notre installation extĂ©rieure sur une Ăźle sur le Saint-Laurent.
  • En 2022, plus de 110 000 plants qui seront rĂ©coltĂ©s comparativement Ă  40 000 plants en 2021.
  • La moitiĂ© de la production sera pour nos clients aux QuĂ©bec et le reste pour le ROC (Rest Of Canada).
  • QcGoldtech se concentre sur le marchĂ© du prĂ©-roulĂ© et du moulu mais aussi des huiles.
  • L’Alaskan Ice a longtemps trĂŽnĂ© au sommet du palmarĂšs des meilleurs vendeurs en 3,5 gr. Il sera d’ailleurs de retour dĂšs dĂ©cembre. 
  • L’huile THC est depuis sa sortie le 3e meilleur vendeur, tandis que notre PR French Cookies est numĂ©ro 1 depuis plusieurs mois.

Un leadeur qui finance les études de ses employés!

QcGoldtech n’a pas attendu la publication de son communiquĂ© pour se prĂ©senter comme un leadeur de l’industrie. OĂč en sont rendus les projets suivants : Centre d’études des procĂ©dĂ©s chimiques du QuĂ©bec du CollĂšge de Maisonneuve, ententes prĂ©alables avec l’UniversitĂ© de MontrĂ©al, Ă©tude terrain sur les effets Ă  long terme d’un traitement Ă  base de cannabinoĂŻdes (CBD), le Parcours Louis-Joseph-Papineau, etc. ?

QcGoldtech se fait un devoir de soutenir les organismes de son milieu en les soutenant monétairement ou de maniÚre bénévole.

De plus, QcGoldtech soutient l’emploi local et tient Ă  s’assurer que l’ensemble de ses employĂ©s puissent ĂȘtre traitĂ©s Ă©quitablement comme des membres Ă  part entiĂšre de la grande famille et ce, qu’ils soient issus des communautĂ©s locales ou de l’étranger comme la plupart des travailleurs saisonniers. 

QcGoldtech offre ainsi Ă  tous ses employĂ©s qui le souhaitent de pouvoir financer leurs Ă©tudes, tout en leur offrant la possibilitĂ© de grandir avec l’entreprise.

Afin de rĂ©pondre aux besoins de recherche des institutions d’enseignement supĂ©rieur, nous dĂ©veloppons un laboratoire Ă  mĂȘme nos installations de Saint-AndrĂ©-Avellin. On le sait, l’obtention de licence par SantĂ© Canada est un processus long et parfois difficile, nous sommes en attente depuis prĂšs d’un an de notre licence recherche qui viendrait complĂ©ter nos atouts.


M. Delorme affirme dans le communiquĂ© : Et nous serons lĂ  pour les seconder. Qu’entend faire QcGoldtech pour seconder les PA quĂ©bĂ©cois, on peut penser aux microproducteurs, dans leur quĂȘte de nouveaux marchĂ©s?

QcGoldtech croit Ă  son rĂŽle de grand frĂšre dans l’industrie et dĂ©sire jouer ce rĂŽle en soutenant les plus petits et en partageant ses apprentissages, quelque chose que nous aurions bien aimĂ© Ă  nos dĂ©buts. 

Puisque l’entreprise est intĂ©grĂ©e verticalement, de la production, Ă  la transformation Ă  la distribution, nous avons rĂ©cemment contactĂ© tous les producteurs quĂ©bĂ©cois (LP ou Micro) afin de leur faire profiter, a des coĂ»ts plus que raisonnables, de nos installations et de notre expertise tant en Assurance QualitĂ© qu’avec les demandes de SantĂ© Canada.

De plus, nous avons offert aux micros la possibilité de créer leur propre marque qui serait distribuée par nous auprÚs de la SQDC et , pourquoi pas, via notre partenariat avec Velvet, à travers le pays.

author avatar
Luc Prévost
Fondateur de Bon Stock et toPot.