Le Centre canadien sur les dĂ©pendances et l’usage de substances

CCDUS

Sa plus récente publication!

Comprendre l’usage de cannabis au Canada |Ce que nous avons entendu des consommateurs frĂ©quents de cannabis.

Recherche sur le cannabis – un visage a deux faces

Le hasard du calendrier frappe Ă  la porte du QuĂ©bec. Et c’est savoureux. Au moment oĂč Bon Stock allait publier cet article sur l’usage du cannabis au Canada, l’actualitĂ© nous rappelait qu’une promesse n’engage que celui ou celle qui y croit. Nous y reviendrons plus tard.

Le Centre canadien sur les dĂ©pendances et l’usage de substances (CCDUS) vient de publier un document de 45 pages intitulĂ© Comprendre l’usage de cannabis au Canada |Ce que nous avons entendu des consommateurs frĂ©quents de cannabis.

Bon Stock vous a tout résumé sous un format facile à digérer :

  • Quelles sont les principales conclusions de l’étude menĂ©e par le CCDUS?
  • Comment les opinions des consommateurs de cannabis peuvent-elles influencer les politiques de santĂ© publique?
  • Quelles sont les recommandations faites par le CCDUS pour une meilleure comprĂ©hension de l’usage de cannabis au Canada?

Vous ĂȘtes prĂȘts? On y va.

Quelles sont les principales conclusions de l’étude menĂ©e par le CCDUS?

1. Les motivations de consommateurs fréquents de cannabis pour consommer le cannabis médical et non médical sont nombreuses et diverses.

2. L’accĂšs lĂ©gal au cannabis est perçu comme Ă©tant pratique et sĂ©curitaire.

3. Acheter de sources illicites est une rĂ©action Ă  la perception d’une qualitĂ© infĂ©rieure et d’un prix trop Ă©levĂ© des produits lĂ©gaux.

4. Les risques pour la santĂ© sont connus. À l’exception d’une lĂ©gĂšre irritation pulmonaire, aucun effet indĂ©sirable majeur n’a Ă©tĂ© signalĂ©.

5. Les participants croient Ă  la recherche. Ils souhaitent en apprendre davantage sur les effets du cannabis.

6. L’espoir exprimĂ© par les consommateurs? Que la lĂ©galisation du cannabis propulse la recherche.

Comment les opinions des consommateurs de cannabis peuvent-elles influencer les politiques de santé publique?

1. PrĂ©fĂ©rences d’achat et sĂ©curitĂ©
Les prĂ©fĂ©rences des consommateurs (commoditĂ© et sĂ©curitĂ©) pour les produits lĂ©gaux nourrissent une demande de l’industrie de certaines provinces. Ces prĂ©fĂ©rences devraient pousser les lĂ©gislateurs Ă  promouvoir davantage de points de vente lĂ©gaux. En rĂ©pondant Ă  la demande, on rĂ©duit le marchĂ© noir


2. Réduction des préjugés
La lĂ©galisation du cannabis, en rĂ©duisant les prĂ©jugĂ©s, permet aux consommateurs de s’exprimer plus ouvertement. Bon Stock a dĂ©jĂ  Ă©crit sur la stigmatisation des ainĂ©s qui font usage de cannabis pour des raisons mĂ©dicales.

3. Connaissances sur les risques pour la santé
Les consommateurs connaissent les risques associĂ©s Ă  leur consommation. Des programmes d’éducation et de sensibilisation pourraient faire leur bonheur ainsi que celui des autoritĂ©s qui veulent se montrer responsables.

4. Demandes de recherche
Les consommateurs remplissent les coffres de l’État avec cette redoutable taxe d’accise. Et ils veulent de la recherche. Les dĂ©cideurs politiques ont toutes les raisons pour favoriser tous les types de recherches sur le cannabis.

Dans le contexte du budget fĂ©dĂ©ral 2024 dĂ©posĂ© cette semaine, l’industrie du cannabis sait que rien ne va changer pour elle Ă  court terme. Par contre, les opinions des consommateurs de cannabis semblent pouvoir jouer un rĂŽle dans l’élaboration de politiques de santĂ© publique plus efficaces. L’espoir de Bon Stock est que toutes leurs opinions soient entendues par les autoritĂ©s.

Quelles sont les recommandations faites par le CCDUS pour une meilleure comprĂ©hension de l’usage de cannabis au Canada?

1. Personnalisation des activités de réduction des méfaits
Il faut personnaliser les activités de réduction des méfaits pour les consommateurs de cannabis fréquents. Une approche universelle échouera, car elle ne peut tenir compte des différences individuelles.

2. Amélioration des communications et des conseils
Les communications et les conseils des professionnels de la santĂ© doivent s’amĂ©liorer. Comment? En proposant des informations objectives sur les effets du cannabis sur la santĂ© ET ses bienfaits thĂ©rapeutiques potentiels.

3. Approches centrées sur la personne
L’adoption des approches de rĂ©duction des mĂ©faits centrĂ©es sur la personne est recommandĂ©e. Le dĂ©fi est de crĂ©er des liens de confiance entre les professionnels de la santĂ© et les consommateurs frĂ©quents de cannabis. Sans jugement, de part et d’autre.

4. Investissement dans la recherche
Si tout le monde veut de la recherche, tentons de combler les lacunes dans les connaissances sur la consommation de cannabis. Si une meilleure comprĂ©hension de la perception des risques et des effets Ă  court et Ă  long terme est importante, les recherches s’intĂ©resseront aussi aux motivations des consommateurs.

En prenant en compte ces recommandations, les autorités de santé publique pourraient mieux saisir les habitudes des consommateurs de cannabis, leurs perceptions et les implications pour la santé publique. Cela pourrait conduire à des politiques plus efficaces et à des interventions mieux adaptées aux besoins des utilisateurs de cannabis au Canada.

VoilĂ  les constats d’une recherche qui surprend peu Ă  l’exception trĂšs importante du dĂ©sir marquĂ© des consommateurs pour un investissement massif dans la recherche…

LE CANNABIS AU QUÉBEC

SUBSTANCE «PÉCHÉ» PUNIE

Québec et Cannabis

Et le hasard du calendrier mentionnĂ© plus tĂŽt? La journĂ©e mĂȘme de la publication de la recherche du CCDUS qui Ă©tablit l’importance de la recherche sur le cannabis, on apprend que le gouvernement quĂ©bĂ©cois trahit une de ses promesses phares. Laquelle dites-vous? 😉 On va s’en tenir au cannabis. Le journaliste Francis Vailles Ă©crivait dĂ©jĂ  le 19 fĂ©vrier 2024 :

«Le gouvernement dĂ©pense une grande partie des profits du cannabis Ă  d’autres fins que celles prĂ©vues par la loi, avec une reddition de comptes laborieuse. »

Hier Bon Stock a pu consulter le document officiel du ministÚre Santé et Services Sociaux du Québec intitulé Reddition de comptes 2022-2023 du Fonds de prévention et de recherche en matiÚre de cannabis.

Tout est lĂ . À la fois, la preuve d’une promesse bafouĂ©e, mais surtout une forme de mĂ©pris exprimĂ© sans retenue pour l’industrie du cannabis.

La taxe d’accise ressemble dĂ©jĂ  Ă  une punition pour une substance mal aimĂ©e. Le gouvernement du QuĂ©bec ose rajouter une couche en ne menant pas les recherches qui pourraient rĂ©duire ses objections fondamentales. À peine un quart du budget du Fonds est allouĂ© Ă  sa mission d’origine. Un quart


Les Canadiens et les Canadiens 😉 veulent plus de recherches sur le cannabis. Le gouvernement du QuĂ©bec dĂ©sire l’inverse.
Le cannabis a été un non-sujet lors de la derniÚre élection provinciale.
Est-ce que le PQ comprend l’importance de l’industrie du cannabis pour la province du QuĂ©bec? Imaginons une seconde que le PQ promette de rĂ©duire l’ñge lĂ©gal de la consommation Ă  18 ans